• Groupe des Arts martiaux : Traditional karate (kumite & kata), ASIAN MARTIAL ARTS & Martial-forms [Traditional-forms (Hard-style & Soft-style) & Modern-forms (Free-style / musical-forms)]
  • Groupe des Sports Pieds-Poings : Point-FIGHTING – Full-CONTACT – Lowkick Karate JAPAN-KICK/K1
  • Groupe des Sports Pieds-Poings-Sol : MIXED-FIGHTING (Free-boxing – Shoot-boxing – Shoot-WRESTLING/PANCRACE)
  • Groupe des Activités de mise en forme : Fitness-forms (Aero-kick/cardio-kickboxing - Aero-fight/cardio-fighting)
  • Groupe des Activités de défense : Defense-forms (Freehand-defense - Kick-defense contact - Stick-defense)
  • Groupe des Activités DU HANDISPORT : Traditional-Karate & Martial-forms, Full-CONTACT/KICK-BOXING, Fitness-forms, Defense-forms
  • Président (gestion internationale) : Thierry MUCCINI – 06.50.64.35.49 - muccini.kick@hotmail.fr
  • Président délégué et direction technique (gestion nationale) : Alain DELMAS – 06.80.87.67.82 - ctn.wka@free.fr
  • Secrétariat - cnkb@free.fr
  • Service affiliation/licence : Brigitte ISNARD – 06.52.02.40.60 - servicelicencecnkb@gmail.com
  • Division Full-contact : Henri GIORDANO – 06.12.44.18.99
  • Division Lowkick karate : Mohamed BENTELDJOUNE – 06.85.94.90.67
  • Division Japan-kick karate/K1 : François FONTAROSA – 06.22.37.19.13
  • Division Mixed-fighting & Défense-forms : José DA SILVA – 06.71.00.32.74
  • Division Free-boxing & Handisport : John LELONG – 06.98.80.95.45
  • Division Traditional karate & Martial-forms : Hervé PUVELAND – 06.86.42.49.90
  • Division Fitness-forms : Eric GIBERNÉ – 06.50.91.86.53
  • Commission des grades et équivalences : José DA SILVA - 06.71.00.32.74
  • Commission des compétitions : Eric IMBERNON – 06.13.03.76.80
  • Commission des formations : Olivier BLANCO – 06.22.64.20.91

 

boxe-image-animee-0005 DISCIPLINES boxe005

      LES GROUPES DE SPECIALITES SPORTIVES & MARTIALES :  

 

. Groupe des Arts martiaux : Traditional karate (kumite & kata) – Martial-forms [Traditional-forms (Hard-style & Soft-style) & Modern-forms (Free-style/ musical-forms)]
. Groupe des Sports Pieds-Poings : Karate Point-fightingKarate Full-contact sans Low-kickKarate Full-contact avec Low-kick
. Groupe des Sports Pieds-Poings-Sol : Free-boxing – Karate Shoot-boxingKarate Shoot-wrestling
. Groupe des Activités de mise en forme : Fitness-forms (Aero-kick/cardio-kickboxing – Aero-fight/cardio-fighting)
. Groupe des Activités de défense : Defense-forms (Freehand-defense – Kick-defense contact – Stick-defense)
. Groupe des Activités de handisport : Traditional karate, Martial-forms, Karate full-contact, Finess-forms, Defense-forms

 

     

japan50[1]  Karate (traditionnel) : art martial qui serait originaire de l’Ile d’Okinawa au Japon. Il est  surnommé « l’art de la main vide ». Il s’agit de techniques de défense puis de contre-attaque réalisées avec les différentes parties du corps appelées « armes » (Poing, pied, genou, coude). Il existe différents styles de pratique dont les principaux sont issus d’écoles créées au cours du XXème siècle. Ils varient tous les uns des autres, dans bien des domaines : frappes, positions de combat, utilisation d’armes, applications martiales… Les quatre grands styles officiels du karaté sont : le Shōtōkan, le Gōjū Ryu, le Wado Ryu et le Shito Ryu. Outre l’héritage martial attribué à l’Archipel des Kuyshu (Okinawa), de nombreuses techniques de ces styles sont issues également des pratiques des arts de combat japonais du 4ème siècle avant notre ère. Des nuances de contenus techniques et philosophiques sont relativement marquées en fonction du style de pratique. Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat, l’enseignement comporte trois domaines d’étude complémentaires : techniques de base (Kihon), combat face à un adversaire imaginaire (Kata) et opposition technique (kumite) Mais d’autres domaines d’étude font partie de l’apprentissage. Le placement et la maîtrise de la respiration sont essentiels à la compréhension des techniques de karaté. En outre, certains maîtres pratiquent la méditation zen.

 

full-hichem

us_flag50[1] ►Karate full-contact no low-kick1 : Forme de boxe américaine sans percussion dans la cuisse*. Aux États-Unis, certains situent la naissance du Kick-boxing2, le 17 janvier 1970 à Long-Beach (Californie), quand Lee Faulkner organisa une rencontre sur ring au K.O., opposant Joe Lewis à Greg Baines, combat de Full-contact Karate appelé American Kickboxing par un journaliste.
Enfin, une autre hypothèse semble faire l’unanimité. Au milieu des années 1970, certains karatékas de haut niveau, décidèrent d’apporter la dose de contact qui manquait à leur discipline de compétition. C’est ainsi que commença la « révolution » du karaté. Ils procédèrent à des essais de nouvelles formes de combat. D’abord l’idée de l’ « open », satisfaisait les exigences de tous les adeptes des arts martiaux, où les pratiquants portaient des protections en matériau expansé, ce qui leurs permettaient de toucher un peu plus l’adversaire et sans que le K.O. soit permis. Ainsi on parla d’un American karate, en fait, il s’agissait d’un « point karate » (karaté de type escrime olympique à la touche contrôlée, appelé plus tard en Europe, « semi-contact »). Mais ces grands tournois de « point fighting » (à la “touchette“) ne satisfaisaient pas tout le monde, il fallait une raison, bien plus importante pour attirer les sponsors et la télévision : le « K.O.-system » (les Américains n’appréciaient pas les simulacres de combat). C’est pour ces raisons que naquit le « Full contact Karate » le 14 septembre 1974 à Los Angeles (Californie) lors d’une soirée historique réunissant 12000 spectateurs. Ce fut le premier championnat du monde P.K.A.3 sur tatami.
Le 1er héros du Full-contact karate fut le très célèbre karatéka Joe Lewis qui disputa le premier match de « karaté » avec des gants de boxe. Un nouveau style de combat était né. Lentement, cette forme sportive se structura, des rencontres s’organisèrent un peu partout et Howard Hanson, célèbre organisateur et ceinture noire de Karaté Shorin-Ryu, eut l’idée d’organiser les combats sur un ring plutôt que sur un tatami. Il fallait une fédération pour régir ce nouveau sport, la première fut la « Professional Karate Association » (P.K.A.) fondée par Mike Anderson et les époux Don et Judy Quine. Cette fédération avait pour objectif de coordonner et de promouvoir cette discipline au niveau professionnel dans le monde entier. Mike Anderson à cette époque dirigeait la revue « Professional Karate Magazine » et organisait la « Top ten national » à l’issue de laquelle des sommes importantes étaient distribuées aux vainqueurs. Cette forme de compétition a été introduite en France par Dominique Valéra (célèbre karatéka français) à la fin des années 1970, sous le nom de « Full-contact », appelée plus tard « Boxe américaine » suivant des directives ministérielles.
(1) Article extrait de l’historique du kick-boxing – I.F.O./W.K.A-France des années 1980
(2) Low-kick : coup de pied dans le membre inférieur
(3) P.K.A. : Professional Karate Association, 1ère fédération mondiale de full-contact de l’histoire du Kick-boxing américain avec la World Karate Association (W.K.A.) cette dernière devenue la World Kickboxing and Karate Association (W.K.A.)

 

us_flag50[1] ► Karate full-contact with low-kick : En anglais American kickboxing (en compétition surnommé « low-kick »). En tant qu’activité moderne le terme kick-boxing désigne un sport de combat de percussion* se pratiquant sur ring (boxe pieds-poings*). Dans les années 1960, aux États-Unis l’engouement pour le Karaté ainsi que pour les autres arts martiaux (Kempo, Kung-fu, Taekwondo, etc.) et la volonté de certains médias font évoluer les choses. Différents styles de pratiques martiales développèrent des formes de contact variées. De nombreux champions désireux de faire connaître la diversité de leurs techniques, contribuèrent à leur évolution. Des tournois étaient organisés par des styles de combat divers ; comme l’United States National Karate Championship de Jhoon Rhee, la Bataille d’Atlanta d’Ed Parker, et dès 1963 les opens sur ring de Bando kickboxing (forme héritière de l’ancestrale Boxe birmane). D’autres tournois importants comme le Mas Oyama All Worth America Championship (Karaté Kyokushinkaï au K.O.) ont changé les traditionnels tournois de karaté jusqu’alors organisés sans contact. Également, l’idée de Bruce Lee (célèbre acteur de cinéma, au milieu des années 1970) et de Jhoon Rhee (professeur d’Alan Steen, de Jeff Smith et de Gordon Franks) de combattre avec protections et gants, a ouvert une nouvelle voie pour tous les amateurs de « combat réel ». À l’origine le Kick-boxing américain est un règlement de compétition, permettant aux compétiteurs des différentes pratiques martiales de se rencontrer dans un certain type de confrontation (à l’origine celui de la fédération mondiale W.K.A. – World Karate Association). Il s’est tellement répandu, qu’il est devenu l’une des formes de sport de combat inspirée des arts martiaux la plus pratiquée au monde.
(*) Boxe pieds-poings : Expression proposée en 1976 par Alain DELMAS, enseignant d’université

 

shootboxing

japan50[1] ► Karate shoot-boxing : Forme originelle proche du kick-boxing japonais des années 1960, c’est-à-dire avec des projections de judo. Il s’agit d’une boxe pieds-poings-genoux avec projections et complétée par des techniques de soumission pratiquée avec des gants de boxe. La discipline est créée en août 1985 par le kick-boxeur japonais Caesar Takeshi. Le shoot-boxing a également attiré dans ses rangs de grands combattants et des stars du K-1 World MAX. Le premier grand événement de shoot-boxing a eu lieu le 1er septembre 1985. La  »coupe du Monde de shoot-boxing » (en anglais, « Shoot Boxing World Cup » ou « S-Cup ») a lieu tous les deux ans depuis sa création en 1995 et rassemble huit combattants triés sur le volet.

 

          
  ► Free-boxing : La Boxe Libre est une discipline qui mixte plusieurs arts martiaux et sports de combat. C’est un sport dit de « percussion-préhension » qui autorise les techniques de frappe (pieds, tibias, poings, avant-bras, coudes, genoux) avec les techniques de lutte (projections, techniques d’abandon et combat au sol). Cette discipline fait partie intégrante de la méthode PISD/BOXE LIBRE  créée et déposée par John LELONG en 1993. Le FREE BOXING est enseignée dans plusieurs pays et ne cesse de se développer depuis ses débuts. Le premier tournoi de Boxe libre a eu lieu en 1995 sur Marseille (France) et a regroupé une vingtaine de disciplines différentes.

 

sol

japan50[1]  ► Karate shoot-wrestling : Depuis les années 1970, terme générique pour désigner les activités sportives de combat dites de « pieds-poings-sol* » (« combat libre », en Anglais « free-fight »), aujourd’hui communément appelé M.M.A. (« Mixed Martial Arts » ou « arts martiaux mélangés »). Elle concerne les nombreux systèmes de combat dits hybrides, c’est-à-dire mélangeant les techniques de frappe et les techniques de lutte (Shoot-fighting, le Shooto, le Pancrase, le Shoot-boxing, etc.). Le shoot-wrestling ou plus exactement le shooto est une discipline de compétition créée en 1985 par le Japonais Satoru Sayama. Cette dernière utilise les techniques de boxe anglaise, judo, sambo, catch, kick-boxing, pancrace antique, etc. Le terme « shoot » indique le port « pour de vrai » des techniques de combat contrairement au Catch, où les techniques sont le plus souvent « simulées ».

 

(*) Activités de pieds-poings-sol : Expression proposée en 1993 par Alain DELMAS, enseignant d’université

 

us_flag50[1] ► Aero-kick (Cardio-kickboxing) : Forme de pratique des années 1990, issue des U.S.A. axée sur la condition physique et notamment le développement cardio-respiratoire (cardio-training). Il consiste à exécuter des techniques de boxe dans le vide, dans un ordre chorégraphiée et en musique. Cette forme de pratique qui a pour racines l’entraînement de boxe en musique du milieu du 20ème siècle a pris pour modèle les principes d’entraînement inspirés du « New âge californien » et des activités de mise en forme de type « fitness ». Parmi les activités les plus connues du public outre atlantique et du continent européen on trouve : le Cardio-B.F ou Music-BF (créé en France par Alain DELMAS dans les années 1970 et appelé depuis les années 1990, Savate-forme), le Cardio-lethwei (né dans les années 1970 aux USA), l’Aero-kickboxing (créé dans les années 1980 aux USA), le Cardio-boxe, le Body-combat, l’Energy-full (né en France dans le années 1990), le Yoseikan-form et bien d’autres.

 

FlagFrn[1] ► Kick-defense : Appelé également Kickboxing-défense. Forme de pratique à mains nues des années 1990 consacrée à la protection personnelle. Elle a pour objet l’acquisition de savoir-faire anti-agression basés sur la gestuelle de coups de pieds issus du kick-boxing. Ces compétences sont complétées par des techniques de contrôle de l’opposant originaires des arts martiaux et sports de combat.

 

Sources

– Delmas Alain, 1. « Glossaire des sports de combat », UPS, Toulouse, 1973 – 2. « Définition du Kick-boxing », FFKBDA, 1999 – 3. « Lexique de la boxe et des autres boxes, document de formation en BPP », UAM, Aix-en-Procence, 2005
– Delmas Alain, Callière Jean-Roger « Histoire du Kick-boxing », FFKBDA, 1998 – « La ceinture noire du 1er au 6e degré », FFKBDA, 1998
– I.F.O., « Historique du Kick-boxing », in Dossier de l’entraîneur, Paris, 1988
– Lombardo Patrick, « Encyclopédie mondiale des arts martiaux », Éditions E.M., Paris, 1997
– Mike Miles, « kickboxing history », site internet www.mikemiles.com, 1998

Partenaires